7 myths about open sourcing your company's software

publié le 27 juin 2016 à 22:59 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban   [ mis à jour : 27 juin 2016 à 22:59 ]

Posted 27 Jun 2016 by 


 
7 myths about open sourcing your company's software

opensource.com


Many companies benefit from open source, and countless companies have opted to open source components of their infrastructure (or even their bread and butter) in an effort to give back. However, there are a lot of misconceptions about what happens when you open up your business' code and workflows to the public, and as companies delve into how to apply open principles within their organization, it's easy to get lost in the weeds. Here are some common misconceptions about what happens when you open source your code.

Myth #1: Open source is giving my business away for nothing

False! Open sourcing your infrastructure/apps is giving your code away in hopes that someone else finds it useful. Opening up your source code allows people to modify it to suit their needs, but also allows people to submit bug fixes and new features.

Your business is a separate entity, and there's a lot more to it than your code.

Myth #2: We'll lose control of everything

Also false. Just because the code is out there doesn't mean you'll lose total control of it. The code is still yours, you're just letting other people use it. Sure, someone could fork your project. If you take the time to pick out a solid open source license, you'll likely be allowed to merge their changes back into your project if you desire.

Myth #3: There's no value to open source

Windows, OS X, and Linux all contain open source components. Your web hosting stack is probably comprised of mostly open source projects. Even your cell phone has open source software on it, so this statement is demonstrably false.

Myth #4: Someone will steal my idea

Is your idea really unique? Maybe, maybe not—but never underestimate the value of the business around the project. As stated previously, there's a lot more to this than just giving away the source code. Product management and marketing can be key differentiators between you and your competitors.

Microsoft had the market cornered on enterprise productivity with tools like Office and Outlook. Open source alternatives have been made for both. Social networks, CRM software, operating systems, ride sharing apps, and even knitting patterns all have open alternatives. If you build it, they'll open source it.

Myth #5: My bottom line will plummet

It's possible, but extremely unlikely as a direct result of open sourcing your code. If you take the time to build a healthy ecosystem around your projects, you'll likely find that you bring in more business as your project develops a reputation.

Myth #6: We'll go out of business

Also unlikely. There are numerous companies that have open sourced projects that are critical to their business, and they happen to still be in business. Red Hat, Rackspace, Comcast, and more have all released countless projects and all are still multi-billion dollar companies. It's possible to be open and profitable.

Myth #7: Competitors will steal our stuff

They might copy your features even if your source is closed. Open sourcing code allows them to see the logic of features, but doesn't necessarily make it easier for them to integrate it into their own work. It's also fairly obvious to some consumers when businesses start copying each other. As stated previously (and I still can't state it enough), there is much more to a business than the source code that runs it.

Making the choice to open source something can be scary, but it doesn't need to be. Open source is here to stay—isn't it time you gave back?

Simplify Your Life With an SSH Config File

publié le 25 juin 2016 à 15:13 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban

You probably log in and out of a half dozen remote servers (or these days, local virtual machines) on a daily basis. And if y
ou have trouble remembering all of the various usernames, remote addresses and command line options for things like specifying a non-standard connection port or forwarding local ports to the remote machine.

L’USB est mort, vive l’USB-Type C !

publié le 12 juin 2016 à 14:52 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban


Difficile de croire, au premier abord, que la simple venue d’un nouveau format USB puisse être considérée comme l’une des grandes innovations technologiques de l’année à venir. Et pourtant : l’USB-Type C, qui devrait commencer à remplacer l’USB dès cette année (et déjà présent sur les derniers MacBook), devrait faciliter notre vie quotidienne. D’une, il est quatre fois plus rapide que son prédécesseur, avec une vitesse maximale de transfert de 10 gigabits par seconde. De deux, et c’est de là que viendra le changement, il deviendra un câble tout-en-un, capable de faire fonctionner et de recharger à peu près n’importe quel appareil portable et d’agir comme un port vidéo , tout en transférant les données. Les ports d’alimentation et HDMI de tous les futurs ordinateurs portables, et les câbles qui vont avec, disparaîtront donc progressivement au profit de ce format unique, pour encore plus de minimalisme et de simplicité. Et ça, ça risque de changer pas mal de choses, malgré quelques soucis techniques encore d’actualité. Oh, on vous a dit qu’il était réversible ?

Ingénieur en informatique : les métiers.

publié le 9 juin 2016 à 00:15 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban   [ mis à jour : 9 juin 2016 à 00:16 ]

En ces temps où l’informatique et Internet sont rois, les
 filières d’informatique attirent à elles seules plus de 16% des effectifs des formations d’ingénieurs[1]. Il faut dire qu’au-delà des besoins des entreprises qui ne faiblissent pas, le terme dingénieur en informatique recouvre six domaines d’intervention distincts :

Ingénieurs en systèmes d’information

Ils représentent, à eux seuls, plus de 44% des effectifs. Leur mission : développer, intégrer et actualiser les logiciels adaptés à l’organisation de l’entreprise, mais aussi assurer la maintenance du système. On les trouve dans les entreprises et dans les sociétés de services informatiques (SSII).

➜ Plus d'informations sur le métier d'ingénieur en systèmes au Cnam Liban

Informaticiens de gestion

(27% des effectifs) Ce sont les spécialistes du développement de logiciels de gestion de données. A la fois maîtres d’œuvre du système informatique, gestionnaires et managers, ils travaillent en entreprise et en SSII.

Ingénieurs réseaux et télécoms

Ils regroupent un peu moins de 11% des ingénieurs informaticiens. Le rôle de ces passionnés des NTIC est de développer les techniques de communication par téléphone, internet et toute autre forme de réseau.

Débouchés : les opérateurs de téléphonie, équipementiers, SSII…

Ingénieurs en informatique industrielle

Ce type d'ingénieur représente quelque 9% des effectifs du secteur. Ils sont chargés de la conception, du développement et de la maintenance du parc de machines d’un atelier de production. Ils sont employés dans les bureaux d’études des usines et en SSII.

Parmi les ingénieurs informaticiens, on compte encore quelque 6% d’ingénieurs Internet et multimédia et quelque 2% d’ingénieurs développement logiciel, qui conçoivent produits de télécommunication et systèmes électroniques embarqués (voitures, avions, trains, etc.). Ils travaillent en SSII, et dans les industries intégrant de l’électronique.

 

Ingénieur en informatique : les études.

Pour devenir ingénieur en informatique inscrivez vous au Cnam Liban


CYC14Diplôme d'ingénieur Cnam (HTT) Spécialité Informatique (BAC+5 grade Mastère)- option Réseaux, systèmes et multimédia (IRSM)
CYC45Ingénieur diplômé de l'école d'ingénieurs du Cnam Spécialité informatique, parcours Architecture et ingénierie des systèmes et des logiciels (AISL)

Un Mooc gratuit sur le développement durable comme levier de croissance

publié le 8 juin 2016 à 22:41 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban

Le Cnam (conservatoire national des arts et métiers) propose une formation gratuite et en ligne sur les enjeux du développement durable comme "levier de croissance". Cette formation, qui prend la forme d'un Mooc, s'articule en six modules (vidéos + questionnaire) qui traitent des différents aspects de la thématique. Ces modules peuvent être suivis en six semaines à raison de 2h30 de travail personnel environ, ou de façon plus intensive : le but avec ce format est de travailler à son rythme (voir notre article). 
Le suivi du Mooc peut déboucher sur l'obtention d'une attestation de suivi avec succès, selon les scores obtenus au test final. Seront passés en revue les différentes stratégies des entreprises face au développement durable, le lien entre ces stratégies et la compétitivité, mais aussi les enjeux de la lutte contre le changement climatique, les fondamentaux de la RSE (responsabilité sociale des entreprises) et les moyens pour la mettre en oeuvre voire la valoriser... L'intégralité du programme du cours est détaillé juste ici. Réservée aux responsables développement durable et RSE du public comme du privé, l'inscription au Mooc est possible jusqu'au ll juin 2016, sur le site du Cnam.

Vos comptes @isae.edu.lb

publié le 7 juin 2016 à 23:58 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban   [ mis à jour : 8 juin 2016 à 00:10 ]

Vous pourrez voir cette vidéo en étant membre de @isae.edu.lbhttps://youtu.be/G9BVHbO1J4k . 
Si vous êtes auditeurs du Cnam Liban vous pouvez créer un compte @isae.edu.lb en suivant ces explications :https://youtu.be/GncxusIx-3k

Pour membres ISSAE @isae.edu.lb


Si vous êtes auditeurs du Cnam Liban vous pouvez créer un compte @isae.edu.lb en suivant ces explications :https://youtu.be/GncxusIx-3k

Les smartphones pliables de Samsung, ce serait pour 2017

publié le 7 juin 2016 à 10:36 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban   [ mis à jour : 7 juin 2016 à 10:39 ]

Grâce aux écrans pliables, Samsung pourrait lancer un tout nouveau format et prendre de l’avance sur ses concurrents.


Samsung sait fabriquer des écrans pliables. Il nous l’a déjà prouvé à maintes reprises. Mais malheureusement, pour le moment, aucun smartphone utilisant ces nouvelles technologies n’est encore commercialisé.

Des sources du site Bloomberg indiquent néanmoins que les deux premiers smartphones pliables du géant sud-coréen pourraient être commercialisés à partir de l’année prochaine. Celles-ci évoquent même un lancement qui pourrait avoir lieu au prochain Mobile World Congress, le rendez-vous annuel de l’industrie du mobile qui a lieu chaque année au mois de mars à Barcelone. Ce timing aurait été choisi afin de conserver son avance sur Apple qui, selon certaines spéculations, passera des écrans LCD aux écrans OLED à partir de l’année prochaine.

Selon Bloomberg, les écrans pliables de Samsung utiliseront la technologie OLED. Et l’un des deux modèles sera une sorte d’hybride smartphone-tablette. Lorsqu’il est plié, le produit serait un smartphone de 5 pouces, mais lorsqu’il est déplié, il se transforme en tablette de 8 pouces.

Technologies de l'information et de la communication (TIC)

publié le 7 juin 2016 à 10:32 par STIC-SI ISSAE Cnam Liban

Technologies de l'information et de la communication (TIC) (transcription de l'anglais information and communication technologiesICT) est une expression, principalement utilisée dans le monde universitaire, pour désigner le domaine de la télématique, c'est-à-dire les techniques de l'informatique, de l'audiovisuel, desmultimédias, d'Internet et des télécommunications qui permettent aux utilisateurs de communiquer, d'accéder aux sources d'information, de stocker, de manipuler, de produire et de transmettre l'information sous toutes les formes : textemusiquesonimagevidéo et interface graphique interactive (IHM). Les textes juridiques et réglementaires utilisent la locution communications électroniques.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) ouvrent des problématiques résultant de l'intégration de ces techniques au sein des systèmes institutionnels, recouvrant notamment les produits, les pratiques et les procédés potentiellement générés par cette intégration.


source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Technologies_de_l%27information_et_de_la_communication

1-8 of 8